Avec un grand C comme Cadeau

Cadeau
En cette fin d’année, il pouvait sembler assez opportun de parler de cadeaux et de l’associer assez facilement à l’un de ces dix C se cachant derrière avec un grand C !

Cependant, il est moins question ici d’opportunité que de la réalité de ce mot dans les diverses formes d’accompagnement que nous vous proposons.

Mon cadeau au pied du sapin.

  Quel est le cadeau que je placerais au pied du sapin et qui me serait destiné ? Question qui peut sembler assez nombriliste mais qui posée lors d’un coaching dernièrement a permis à mon client, accompagné pour sa prise de poste, de prendre conscience des cadeaux qu’il se faisait et surtout de ceux qu’il ne se faisait pas ou plus.

Voilà une piste qui fut explorée pour comprendre la place que l’on se donne, la reconnaissance que l’on s’octroie, d’abord soi pour soi.
Et là, pour mon client, prendre conscience que se reconnaitre d’abord de la valeur, matérialisé par ce Cadeau fait par lui pour lui, lui permettra de nourrir son estime de lui, de s’affirmer et d’offrir à son tour le meilleur de lui-même à son équipe. Son professionnalisme et son assurance comme Cadeaux au service du collectif.

Les cadeaux mal emballés.

  Et puis dans un accompagnement professionnel, il est également possible d’évoquer les cadeaux mal emballés…ceux qui ressembleraient à un échec, une erreur de parcours, un stop…et qui, pourtant, si on y regarde de plus près ou de plus loin, si on fait ce pas de côté ou si on prend de la hauteur, alors on pourrait probablement y voir autre chose : un apprentissage sur soi ou les autres, le développement d’une faculté telle que la résilience par exemple ou toute autre chose qui n’enlèverait pas cet accident mais qui permettrait de continuer son parcours professionnel avec, plutôt que contre.

Et les cadeaux en entreprise, dans tout cela ?

  Souvent, la notion de cadeau en entreprise s’apparente à de la monnaie sonnante et trébuchante : une augmentation, des primes…très souvent des éléments de crispation dans la relation entre managers et collaborateurs car indéniablement et justement corrélés à une qualité de travail fourni (ou pas !).
En même temps, le Père Noël apportera bien des cadeaux aux enfants gentils et obéissants. Nous avons donc une certaine habitude à donner (offrir) en contrepartie de quelque chose que l’on a reçu.

Pourtant, il existe d’autres manières de récompenser !
Et si en entreprise, on pouvait aussi imaginer l’inverse ? donner avant de recevoir…offrir le cadeau d’une formation à son équipe, d’’un coaching à son collaborateur ! Un cadeau pour reconnaître et valoriser l’importance de l’individu ou du collectif dans l’efficacité productive de l’entreprise.
Donner du temps de formation et de coaching, c’est favoriser la prise de recul nécessaire à l’innovation et à la transformation des équipes.
Donner du temps de formation et de coaching, c’est faire le pari très souvent gagnant de recevoir de ses collaborateurs des Cadeaux portant le nom d’engagement, motivation, Cohésion…

Vous voulez offrir ou vous offrir un cadeau avec un grand C ? CommenC par nous contacter.

Financement et Accessibilité

Photo Financement

Financement

Les opérateurs de compétences (OPCO) sont des structures agréées par l’État pour soutenir les entreprises dans le domaine de la gestion des compétences et de la formation.
Les opérateurs de compétences peuvent prendre en charge le financement de votre formation. Il existe 11 OPCO officiels en France et vous dépendez nécessairement de l’un d’eux . Pour consulter leur site, nous vous invitons à cliquer sur leur logo.

Secteur de la culture, des médias, des loisirs et du sport

OPCO_ATLAS

Secteur des services financiers et du conseil

OPCO_UNIFORMATION

OPCO de la Cohésion Sociale

OPCO_AKTO

OPCO des entreprises et des salariés des services à forte intensité de main d’œuvre

OPCO_OCAPIAT

Secteur de l’agriculture, de la pêche et de l’agroalimentaire

OPCO2i

OPCO interindustriel

OPCO_CONSTRUCTION

Secteur de la Construction

OPCO_MOBILITÉS

Secteur des transports, des voyages et de la distribution

OPCO_EP

Secteur de l’artisanat, des professions libérales et des services de proximité

OPCO-Santé

Secteur de la Santé

OPCOMMERCE

Secteur du commerce

 

Pour connaître l’OPCO dont vous dépendez, nous vous invitons à allez sur le site cfadock.

Vous manquez de temps ? Cela vous parait compliqué ? Que vous connaissiez votre OPCO ou pas, nous vous proposons de prendre en charge la constitution de votre dossier auprès de celui-ci.

Nous vous facilitons la démarche pour accéder au financement de votre formation. Pour en savoir plus, contactez-nous.

Accessibilité

Pour les personnes en situation de handicap, l’AGEFIPH peut vous aider à financer et faciliter  l’accès à la formation.

Pour plus d’informations sur les financements pour faciliter l’accès à la formation, voici des liens utiles sur le site de l’AGEFIPH :

Envisagez notre métier sous l’angle d’un voyage ?

caroline-grand-coaching-formation

« Le vrai voyage de découverte ne consiste pas à découvrir de nouveaux paysages, mais à avoir un nouveau regard ». M. Proust.

S’évader de ses carcans professionnels, s’envoler vers de nouveaux possibles, partir à la découverte de nouvelles tribus …et si vous décidiez d’explorer une terre pas si inconnue ; votre vie professionnelle ?

Le contexte sanitaire, en nous contraignant dans nos déplacements, nous a paradoxalement invité à revisiter nos habitudes personnelles et professionnelles.

De cet arrêt brutal, un repli chez soi a été nécessaire favorisant pour certains l’envie radicale d’un nouveau départ quand pour d’autres il a été question de revoir le plan de vol, les escales, les partenaires de voyage…

Il s’agit alors de questionner le sens du voyage quotidien que nous faisons en voiture, en bus, à vélo ou à pieds vers notre journée de travail.

Envisager son métier sous l’angle du voyage, voilà une métaphore enchanteresse qui permet un nouveau regard sur ce que nous ne voyions plus jusqu’alors.

Quel est le pays que vous rêvez de découvrir ?
question à laquelle il est souvent plus simple de répondre que :
Quel est le métier que vous rêvez de faire? Quel est votre objectif professionnel le plus fou ?

Et pourtant, si vous écoutiez cette petite voix intérieure qui vous rappelle le métier que vous disiez à la maîtresse ou encore ce que vous vous êtes dit en signant votre dernier CDI ?

Bien sûr qu’un principe de réalité s’invite lorsqu’aujourd’hui vous reconsidérez les choses ! mais ce principe n’arrive-t-il pas un peu trop vite ? avant même que vous n’ayez l’idée d’ouvrir le guide de voyage qui vous mènerait à cette destination pas si lointaine.

Après le repli chez soi, vient le temps du repli en soi pour découvrir le héros, l’explorateur fort de l’expérience des voyages passés, fragile de ses doutes dans la destination choisie, mais courageux face au choix de vie en devenir.

Ce voyage se nomme la découverte de soi. Celle qui va permettre de comprendre de quelle manière contribuer au monde à travers un métier, des relations aux autres donnant l’envie de faire ce voyage quotidien.

Le nouveau regard que l’on porte sur soi est parfois le voyage le plus dépaysant que l’on puisse vivre, augurant de nouveaux horizons, de nouvelles rencontres, de nouvelles passions. Il peut alors être intéressant de le faire accompagner d’un guide de confiance pour bâtir de nouveaux challenges professionnels.

Caroline Grand
Coach en évolution professionnelle
Formatrice en management relationnel

1er avril : La place du rire au temps du Covid-19 selon Google

1er avril : La place du rire au temps du Covid-19 selon Google

Rester confiné un 1er avril…en d’autres temps voilà une mesure qui aurait été prise par grand nombre d’entre nous comme un bon ou un mauvais poisson d’avril !!
Aujourd’hui, pourtant, nous savons que tout cela n’est pas une farce et que nous ne retrouverons pas ce soir la maitresse faisant semblant de ne pas avoir vu la demi-douzaine de poissons qu’elle a dans le dos !!

Moins grave, et pourtant, ce matin, j’apprends que nous n’aurons pas droit au poisson d’avril de Google, eu égard à la crise sanitaire que nous traversons. « Notre seul but en ce moment est d’être utiles aux gens, dès lors, gardons nos blagues pour l’an prochain qui sera sans nul doute plus heureux que celui-ci », écrit Loren Twohill, la directrice marketing de l’entreprise, dans une lettre à ses employés.

Attendre Google pour rire ? heureusement pas pour moi ! Alors pourquoi suis-je triste à la lecture de cette annonce ?

D’abord, par l’opposition faite entre utilité et blagues.

« Le rire est le chemin le plus direct entre deux personnes » disait Chaplin. Alors que nous apprenons à respecter cette distanciation sociale pour être UTILE aux personnels soignants d’abord et à nos concitoyens ensuite, nos BLAGUES (de plus ou moins bon goûts, il faut l’admette) qui fleurissent sur les réseaux sociaux, dans nos groupes, dans nos familles ne seraient-elles pas un des moyens UTILES pour cultiver ce contact les uns avec les autres et cela malgré la distance ?

Ensuite, par l’attente d’une année plus heureuse pour s’autoriser à rire…(?!)

« J’ai décidé d’être heureux car c’est bon pour la santé. » disait Voltaire, cette fois-ci que j’associe à mes quelques mots (rien que ça !!! aujourd’hui j’ose !!). Tout le monde connait cette phrase, mais est-ce que tout le monde la comprend ? Mieux, est ce que tout le monde l’a déjà expérimenté et ressenti à travers cette légèreté intellectuelle, cette douceur corporelle après le visionnage d’un film drôle, d’un moment précieux en famille, d’un rendez-vous amoureux couronné de succès ?…

Visiblement, la directrice Marketing de Google doute (ou ne connait pas Voltaire !) car en effet pourquoi en ce jour de 1er avril, plus que jamais ne pas faire l’exercice d’être heureux, et cela malgré ce que nous traversons ?

Etre heureux en s’autorisant à rire parce que c’est bon pour la santé. Que font les clowns dans les hôpitaux lorsqu’ils font rire petits et grands ? croyez-vous qu’ils se soient trompés de lieux ? Ils font cet exercice difficile de faire rire, là ou vraiment ce n’est pas drôle !!! C’est un exercice, c’est une mission, c’est une conviction des bienfaits psychiques et physiques du rire sur notre organisme.

Moi qui travaille en entreprise à faire grandir la confiance dans les relations professionnelles en ayant la conviction que toutes les émotions sont bonnes (même la Joie et le rire, si, si..) dès lors que nous savons les adapter et les utiliser à la situation que nous vivons, je suis certaine qu’en ce 1er avril, nous saurons faire de nos blagues, de nos histoires drôles ou de nos souvenirs joyeux le plus court chemin entre nos amis, notre famille, mais aussi avec nos collègues, nos collaborateurs, nos clients, nos fournisseurs.

Restons chez nous, mais restons joyeux car nous en avons besoin pour guérir collectivement.